Le 9e Concept entre individualité et schéma artistique global

Le 9eme Concept est un collectif qui ne vous est certainement pas inconnu. Après plus de quinze ans d’existence, les membres du groupe commencent à se dévoiler et exprimer individuellement leur démarche artistique. Après de nombreuses années de collaboration avec les marques, notamment avec Desperados qui les suit depuis le début, il était temps pour eux d’offrir une collaboration exclusive. L’occasion était toute trouvée pour nous de partager une courte rétrospective en leur compagnie.

De l’origine aux premiers travaux exploratoires

Le 9eme concept c’est au départ trois amis (Stéphane Carricondo, Ned et Jerk 45) qui se sont rencontrés durant leurs études d’art graphique. Le collectif est né en 90. Chacun d’entre eux étaient issus d’univers différents : Stéphane du Hip Hop, Ned inspiré d’une culture graphique et Jerk d’influences Punk. Les débuts s’avèrent plutôt difficile, mais l’objectif était là. L’orientation du collectif était d’être viable financièrement au travers de leur ligne artistique collective. Pour le fondateur  Stéphane Carricondo, « il ne fallait pas au début intégrer trop de nouveaux, c’était à l’économie, on ne voulait pas faire rentrer quelqu’un dans le collectif si on n’était pas capable de le rémunérer. »

Le labyrinthe -  Août 2002
Le labyrinthe – Août 2002

Très rapidement le 9e Concept trouve une voie de financement en se rapprochant des marques. Dès lors ils enchaînent les dates avec des prestations allant du Live Painting aux premières prestations live de tatouages tribales. Très vite l’équipe s’étoffe et se construit avec des arrivées et des départs. Parmi ce collectif on retrouve des noms très connus de l’art urbain, comme AlëxOne ou encore Mambo. Outre les univers différents de chacun des artistes, c’est tout le collectif qui s’est pensé de manière ubiquitaire afin de couvrir tous les univers de la créativité.

9e Concept - Stephane Carricondo - Art work
9e Concept – Stephane Carricondo – Art work

Pour ce Collectif d’artistes transdisciplinaires, installé à Montreuil, la croissance a été très rapide notamment après leur rencontre avec Mike Sylla, une figure de la nuit parisienne dans les années 80. Suite aux premières parutions dans les médias, c’est l’explosion avec plus de 400 dates en un an au milieu des années 90.

La consécration et une liberté créative 

Après des débuts marqués par un investissement important aux côtés des marques, le 9eme Concept prend de la hauteur et se retrouve propulsé dans les lieux les plus reconnus de l’art. Pour Stéphane,  » aujourd’hui tout s’inverse, les marques nous laissent plus de champ libre « . Les collaborations s’enchaînent jusqu’à l’opportunité en 2007 de déménager leur atelier au Centre Pompidou pour 3 mois. « Les marques nous ont permis de développer plus de choses avec elles, et cela nous a permis de toucher un grand public, pour finalement nous permettre d’approcher les plus beaux lieux. »

9e concept - Bains Douches - Photo Jérôme Coton - Galerie Magda Danysz
9e concept – Bains Douches – Photo Jérôme Coton – Galerie Magda Danysz

Plus le temps avance, plus le collectif se distingue, sans être dans les formats classiques, ils ne cessent d’imaginer des expositions toujours plus décalées, comme Welcome on board ou encore un labyrinthe sur la plage d’Anglet . « Je n’ai jamais voulu être dans les schémas, on s’est construit dans les individualités, chacun a développé une ligne qui lui est propre et aujourd’hui notre objectif est d’exister au travers les individualités. »

Scratchpaper – Point Ephemere - 2011
Scratchpaper – Point Ephemere – 2011
Scratchpaper – Bain Douche
Scratchpaper – Bain Douche

Des partenaires de projets sur le long termes 

Depuis le début c’est la marque Desperados qui suit le plus le collectif, après plus de 15ans de collaborations et des dizaines d’éditions collectors. La relation entre le 9e et Desperados est proche aujourd’hui d’une relation de curation et de positionnement. » On souhaite vraiment construire une relation de confiance avec les marques, on est pas du tout une agence, on agit réellement avec du conseil artistique, pourquoi ne pas monter un jour la fondation artistique Desperados, qui est tout à fait légitime et qui a toujours été proche de la culture urbaine. »

Cette rentrée a vu le lancement d’un hors série unique. Cette série aura demandé 1 an de conception. 75 bouteilles ont été utilisées pour tester les différentes étapes de création et plutôt que de les envoyer au recyclage, nous avons eu la chance de faire partie des rares personnes ayant eu une édition collector.

desperados-9eme-concept-random-14

 

Pour la rentrée, je vous propose de rester connecté, nous aurons l’occasion de vous faire gagner des cadeaux exclusifs du 9e, d’ici là à très bientôt !

Plus d’informations :

Le collectif du 9e Concept – Les différentes expositions du collectif

Le 9eme Concept sur Facebook

Le collectif du 9e Concept à Beaubourg – Telerama 2007

Bouteille collector Desperados – La random edition de Desperados

vidéo d’Alexandra Hérault : 9e Concept – Stéphane Carricondo – Street art teaser

Si vous avez aimé, partagez !