L’art urbain et solidaire : Kelkin soutient le personnel soignant de l’Hôpital de Pontoise

L’artiste Kelkin, originaire de Cergy-Pontoise (95) et connu pour son motif du labyrinthe, s’est associé au Centre Hospitalier René-Dubos de Pontoise dans la création d’un fonds de solidarité pour soutenir le personnel qui lutte avec force contre l’épidémie du COVID-19. Dans ce cadre, l’artiste réalisera deux œuvres qui seront offertes : l’une à l’un des donateurs sur un principe de tirage au sort, et l’autre aux professionnels de l’hôpital.


L’art pour soutenir et réunir

Des lignes noires au tracé sinueux évoquent un chemin long, semé d’embûches. Parfois, au creux de ce chemin labyrinthique, se nichent des symboles, des cœurs rouges ou encore des mots comme « amour » ou « rêve », qui résonnent comme une lueur d’espoir. Tel est l’univers artistique de Kelkin. A Pontoise, le Centre Hospitalier René-Dubos se bat pour accueillir les malades, procurer les soins dans les meilleures conditions, et sauver des vies. L’établissement a lancé, le jeudi 26 mars, une cagnotte sur la plateforme HelloAsso en soutien au personnel soignant qui traverse une période intense et complexe.

« Je souhaite offrir la possibilité à tout le monde d’aider »

Kelkin

Déjà, plusieurs entreprises et supermarchés du Val-d’Oise ont livré avec générosité du matériel sanitaire et des repas. Désormais, l’art vient aussi adoucir le quotidien des soignants. « Face à cette crise, je me suis demandé comment je pouvais venir en aide aux médecins, aux infirmier.e.s, aux malades, en agissant à mon échelle géographique, explique Kelkin. Mais aussi comment réunir au sein d’un projet solidaire, alors que nous sommes tous confinés chacun chez soi. J’ai donc tout de suite pensé à une cagnotte. » Touché par la situation que traverse l’Hôpital de Pontoise, Kelkin a proposé de faire don de deux toiles de 100x100cm dans le cadre du projet de fonds de solidarité lancé par l’établissement : l’une reviendra à l’un des donateurs par tirage au sort, et l’autre sera offerte à l’Hôpital de Pontoise. Ainsi, la solidarité de l’artiste est double. « C’est aussi pour moi un moyen d’aller au front, de ne pas rester retranché chez moi », ajoute le jeune artiste.

Le labyrinthe comme exutoire

« L’art est indispensable dans les moments difficiles »

Kelkin

Kelkin développe le motif du labyrinthe comme l’expression et la métaphore de la vie. Chargée en symboles, l’œuvre de Kelkin évoque notre propre chemin intérieur, tout en nous reliant à une dimension plus universelle. « Tout le monde a un rôle à jouer sur sa vie. Avec mes labyrinthes, je montre qu’il y a des obstacles et des issues, explique-t-il. On peut dire que cette crise sanitaire est un grand obstacle dans notre cheminement de vie, auquel on doit faire face ». Ce geste solidaire envers le personnel de l’Hôpital de Pontoise pourrait être une issue à cette crise. « L’art est indispensable dans les moments difficiles », poursuit-t-il. Indubitablement, l’art guérit, soulage, comme un antidote aux maux de la société.

Kelkin témoigne de sa volonté de mener d’autres projets similaires à celui-ci. « J’aimerais contacter d’autres hôpitaux qui seraient prêts à faire la même chose. C’est un projet qui se doit être national, voire international. » Même à petite échelle, chacun de nous est en mesure d’agir.

Pour participer à la cagnotte :
https://www.helloasso.com/associations/fonds-de-dotation-du-centre-hospitalier-rene-dubos/collectes/fonds-de-solidarite-pour-les-soignants-hopital-de-pontoise

« Aimer est un art » 2019 – © Kelkin

Suivre Kelkin :

Site web : kelkin.fr

Instagram : @kelkin.klk

Facebook : Kelkin.klk