Avant-Gartiste : la galerie où il fait bon d’être.

Vous est-il déjà arrivé de ne pas oser franchir le seuil d’une galerie d’art ? Si la réponse est oui, difficile de vous en vouloir car vous n’êtes pas les seuls. Bien que contempler les oeuvres par la vitrine puisse s’avérer être une solution, il serait dommage de se priver d’une approche moins distante. Rassurez-vous, le sujet de cet article est loin de l’atmosphère hostile si commune aux galeries de laquelle se dégage un sentiment de malaise.
image2

La sélection est pointue et l’environnement chaleureux. Allant à l’encontre des codes inhospitaliers propres à la haute sphère artistique, se cache dans Paris une adresse singulière. Perché dans un immeuble du 17 ème arrondissement bienvenue chez  Avant-Gartiste : une galerie-loft ou un loft-galerie, spécialisé dans les talents émergents. Ici, la diversité est au coeur de la vision artistique. Chaque mois, les oeuvres exposées défilent et révèlent aussi bien de nouvelles techniques que de nouveaux supports.

Véritable lieu de vie et de rencontres, Alexis Gremmel – son fondateur, nous explique que l’humain est primordial dans son approche. Un désir qui se perçoit tant par le cadre intimiste de la galerie que par son fonctionnement, puisqu’elle se visite uniquement sur rendez-vous. Ainsi, pour dévoiler l’adresse, il vous faudra commencer par un coup de fil.  Première étape de l’échange.

image6

Cette volonté de proximité et de dialogue se retrouve également dans le rapport aux artistes. « Un artiste est avant tout humain et beaucoup d’entre eux ont besoin de réel soutien. Le choix de les accompagner se traduit par l’envie de proximité avec eux afin qu’ils se sentent libres de s’exprimer et de partager leurs idées avec moi. Ce n’est pas toujours facile de travailler dur sur des oeuvres et de franchir le pas pour les montrer au grand public. Je suis là pour les accompagner et les rassurer dans tout ce processus.»  Ces propos recueillis auprès d’ Alexis, montrent sans équivoque son souhait d’établir une collaboration sincère avec les talents qu’il choisit. En ce qui concerne sa sélection artistique, il nous confit que « cela se fait complètement au coup de coeur dans un premier temps » et que «c’est toujours une question de feeling. »

image4

 

Pour finir, difficile pour moi de passer outre la question non exhaustive sur la place occupée par le street art et l’art urbain de nos jours. Face à cette interrogation, Alexis répond que «cela fait partie intégrante du milieu de l’art en général. On le retrouve partout, c’est un mouvement qui a désormais sa place aussi bien dans des galeries que dans des musées. Des expositions sont d’ailleurs organisées uniquement autour de cet art qui nous vient tout droit de la rue. Je trouve cette évolution complètement légitime et cette reconnaissance aurait même dû avoir lieu plus tôt.»

 

 

 

 

Rien ne vaut la découverte par soi-même. Cela tombe bien car la prochaine exposition s’annonce assez fat. Rendez-vous le 6 avril pour « Home Street Home » : group show réunissant 6 artistes français dont l’école a été la rue. Du lourd.

GROUP SHOW Invitation

 

Pour les plus curieux, voici une présentation des artistes :

1

BRAUDEAU Emmanuel

Artiste peintre Versaillais de 35 ans, « Je m’illustre entre autre à mes débuts et encore aujourd’hui à travers mes peintures sur les bandes blanches des passages piétons de la ville de Versailles. Ma peinture est un journal de bord de l’être et de sa condition. Je me sers de la paume des mains pour les fonds, et des doigts pour les coulures. Une technique propre au langage du corps/ esprit que je laisse danser. J’ai besoin de poésie, de liberté, d’amour, de Jazz, de tendresse et d’improvisation. »

 

 

Mg La Bomba (OVK ACR)2

Né en 1982 en Seine et Marne, Mg débute très jeune le dessin et la peinture. Sa passion prend très vite une grande place dans sa vie. Perfectionnant sans cesse son style, « la Petite Bomba », il devient très vite ce que l’on appel un « vandal » plus particulièrement sur la voie ferrée. Son but : Embellir la vue des voyageurs.

Sa détermination est toujours aussi palpable et son amour pour l’art est sans limite, Mg est un élément très actif de la Scène Street Art.

 

 

 

3

 

SOKLAK Elgato (MCZ)

Né à Paris en 1977, vit et travail à Montreuil (93). C’est dans le métro, à l’age de 8 ans qu’il connait son premier choc pictural en découvrant les Graffiti qui ornent couloirs et wagons. Il intègre plusieurs collectifs dont les Mcz, et pose sa signature où bon lui semble. Les thématiques qu’il aborde sont liées à la culture urbaine et populaire et à son amour inconditionnel des lettres et du Graffiti.

 

4SLIP Premier

Slip Premier crée un monde empli de personnages drolatiques mais attendrissant : de couleurs puissantes et harmonieuses. L’artiste figure ainsi des scènes narratives dont les titres portent une vision humoristique parfois cynique ou nostalgique. Dans la ligné de l’esthétisme de Tim Burton ou d’Os Géméos, la joie, de l’humour, un peu d’audace et beaucoup de passion caractérisent l’art de Slip Premier.

 

 

 

VISION (MCT MCZ OC)

5Artiste Français né en 1971 à Pantin et grandit à Montreuil. Autodidacte, il pose ses premiers Graffiti pour fonder cinq ans plus tard son groupe Outlaw Crew. Egalement tourné vers la peinture sur toile, il participe à de très nombreuses expositions : « TAG » au Grand Palais, défilé Haute Couture Manish Arora, collaboration « Paris Tout Petit » avec Artcurial… Artiste reconnu du Graffiti international, son nom marquera toute une génération de Writters. Il a fêté en 2016 ses trente ans de Graffiti.

 

 

 $

6

 

WIRE

Né en 1978, Erwan Wire alias Waner est un artiste français issu de la Culture Urbaine. Passionné par la peinture et l’illustration, il plonge très tôt dans l’univers de la bande dessinée. C’est à son arrivée en région parisienne qu’il se découvre un réel intérêt pour le Graffiti et le Street Art. Après des études en Faculté d’Arts Plastiques et une formation en Ecoles d’Arts Appliqués, il participe à de nombreux événements artistiques et socio-culturels en France et à travers l’Europe. 

 

Si vous avez aimé, partagez !
  • Morgane Casanovas

    Y’a l’expo « Demi-tour vers le Futur » de Jisbar et M. Wood surtout le 20 😉