Miskar, un jeune talent à suivre. Rétrospective sur sa première expo.

Quoi de mieux qu’un skatepark, véritable terrain de jeu, pour une première expo ?! Curieuse, je me suis rendue dans ce lieu de vie pour y découvrir Miskar. Originaire de Strasbourg, ce jeune talent de 19 ans à de quoi impressionner.
Miskar (10)

 

Piquée et intéressée par ses pochoirs morcelés de visages d’enfants et ses portraits de femme à l’aquarelle, je suis partie discuter avec lui. Lorsqu’on aborde la technique, il nous explique qu’il a appris ses bases de dessins grâce à sa mère et en observant les façons de travailler de ces artistes favoris (C215, Hopare, Bansky. . .). Il travaille en superposition et peut accumuler une moyenne de 8 à 12 pochoirs, qu’il peint sur des toiles, du bois ou du métal. Il dessine tout au préalable sur des feuilles cartonnées qu’il découpe au scalpel, il les bombe et accentue le détail au pinceau et / ou au posca. Il s’intéresse à la façon de travailler les couleurs pour donner du volume, du relief au visage.

 

Miskar (13)

 

Quant à son inspiration ?  Celle-ci peut troubler. Basé sur  l’intensité des regards liés à la tristesse des femmes et des enfants, portraits d’anonymes, figuratifs, son travail puise dans les profondeurs émotionnelles qu’il travaille à la main pour donner un effet très réaliste. Lié à la douleur, le sentiment qu’il exprime à travers ses oeuvres est celui que l’on a tendance à cacher et dont on ne parle pas, mais qui certainement aide l’âme à avancer… 

En un mot, ce fut une rencontre touchante.

 

Miskar (6)

 

20171021_155419

 

Miskar aquarelle en live

 

Instagram : @_miskar

site internet : miskar.jimdo.com

Si vous avez aimé, partagez !